Il n'y a pas d'ennemi

En intelligence collective, il n'y a pas d'ennemi, mais il y a un adversaire, ou plutôt un risque, qui est la croyance en l'existence de conflits indépassables qui mèneraient inexorablement à la destruction ou au rejet de certaines personnes.